Recherche

Accueil du site / A la une... / Brennilis et les contorsions d’un Directeur EDF

La Commission Locale d’Information (C.L.I.) d’EL4 des Monts d’Arrée offrait au public une après-midi d’informations-questions le 30 novembre 2016 de 13H30 à 17H30 puis une séance de la Commission. Une fois encore ce fut le théâtre des contorsions du Directeur actuel du site lors de ses explications sur un chantier de démantèlement partiel qui se déroulait normalement d’après lui. Il était accompagné de l’A.S.N. (Autorité de Sureté Nucléaire) et de l’association ACRO (Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest).

Premières contorsions du Directeurs lors des questions sur le prolongement de 2 ans du démantèlement partiel (décret du 17 novembre 2016) et de son coût. Pas de réponse. Et à celle du demi-milliard annoncé pour l’ensemble des opérations, il y a quelques années, pas de réponse.

Deuxième série de contorsions du Directeur lors de la question sur les déchets radioactifs (1500 tonnes) issus de la déconstruction de la Station de Traitement des effluents (STE) et du transport de ceux-ci vers un centre de stockage dans l’Aube (Morvilliers, distance 800 Km de Brennilis). Alors que l’ASN avait épinglé, le 7 novembre 2016 les forges du Creusot (AREVA) sur les emballages des déchets. « Les emballages destinés à protéger les matières radioactives pendant leur transport paraissent avoir été fabriqués en dépit du bon sens » (Canard enchaîné 30/11/2016). Inquiétant ! Plusieurs dizaines de tonnes sont stockées sur le site de la centrale et attendent un acheminement.

Puis contorsions renouvelées à la question sur les débits de doses de radiations mesurées lors du découpage du radier (dalle riche en fer à béton) dans la Station de Traitement des Effluents. L’ensemble communiqué est une dose moyenne collective, ce qui permet de lisser les doses accidentelles et d’esquiver une réponse sur le niveau de dangerosité du chantier.

Contorsions enfin lorsqu’à deux reprises un membre de la CLI a pointé un pic (mesure au ra diamètre filmé) de radiations ionisantes 20 fois la radioactivité naturelle de type béta au niveau d’un point de pompage. Réponse du Directeur, rien de particulier et proposition d’explication en privé à destination du demandeur.

Le démantèlement de Brennilis une vitrine bien opaque et la C.L.I. est-elle vraiment une Commission d’Information et que peut-on croire ou entendre puisque les questions restent sans réponse du moins elles restent posées ! Quimper le 12/12/2016